Les Maalems jouent traditionnellement les 7 couleurs de l'univers :

 

 

Le blanc et le vert sont appelé Charofa, le noir sont les esprits féminins Mimouna et Aicha et masculin Mimoun,

 

le bleu Sidi moussa l'esprit de la mer, le bleu ciel lui est l'esprit volant Smawin, le rouge est appelé Sidi hameau qui représente l'esprit du son, le jaune est un esprit féminin appelé Lala Mira, le mauve est également un esprit féminin appelé Lala Malika puis le multicolore qui représente l'esprit voyageur et hippie nommé Bouhala.

 

Chaque esprit ou MLOUKS possède sept chansons et danses qui lui est propre.

 

Le guimbri, l'instrument utilisé par le maalem compose pendant que les tambours et les qraqebs eux, sont là pour accentuer la trans.

Lors des rituels "lilas" le maître musicien emmène ses patients(es) vers une trans sacré, spirituel et "médicinal" lié à l'Adorcisme visant à apaiser ou à accueillir des entités spirituelles dans une personne.

Cette cérémonie où tout est parfaitement codifié, des objets aux sacrifices tout est en rapport au sacré et où rien n'est laissé au hasard.

Plusieurs histoires existent à propos des origines du Gnawa, La plus répandue est celle des esclaves subsahariens rapportés au Maghreb. La forme du guimbri représenterai le bâteau et les qraqebs le bruit des chaines lorsqu'ils marchaient ou travaillaient .

 

Un lien préservé avec leurs origines Saheliennes et réadapter avec le temps et leurs conditions spirituelles qui la fait évolué. Aujourd'hui et depuis le XIXe siècle les confréries Gnawas du nord de l'Afrique sont principalement musulmanes ce qui leur a permis de perdurer et évoluer jusqu'à se faire une place importante dans les traditions populaires .

  • Facebook
  • Instagram